Service central de restauration
Doreur de l'atelier de restauration Richelieu
 Marc Tulan / BnF
Service central de restauration  W. Rouff
Service central de restauration  W. Rouff
 
Les enrichissements récents
Les origines de l’atelier central de la Bibliothèque nationale de France se situent au milieu du XIXe siècle. C’était alors un atelier de reliure. Cet atelier se transforma progressivement en atelier de restauration. Dans le rapport de l’année 1875, il est mentionné que des travaux "urgents et délicats" lui sont confiés. La vocation de restauration de l’atelier se confirme dans les années suivantes. Dès 1880 des documents précieux de bibliothèques patrimoniales lui sont confiés. L’atelier central du site Richelieu comprenait neuf ouvriers en 1859, cinquante en 1984. Actuellement, une trentaine de restaurateurs y travaillent.

À coté de l'atelier central, quatre ateliers spécialisés se sont développés pour certains traitements qui requièrent des compétences particulières :
– l'atelier du département des Estampes et de la photographie assure la restauration et le montage des dessins, des estampes et des photographies anciennes ;
– la restauration des cartes géographiques, des plans et des affiches de très grand format, ainsi que celle des globes, relève de l'atelier du département des Cartes et plans ;
– l'atelier du département des Monnaies, médailles et antiques se charge du moulage et de l'électrolyse appliquée au nettoyage des surfaces métalliques ;
– enfin l'atelier du département des Manuscrits assure la restauration des manuscrits de ce département.