retour au sommaire
Salle Labrouste
 
Salle Labrouste
La salle de lecture construite par Henri Labrouste est un magnifique exemple de l'architecture de fer du XIXe.
Neuf coupoles, ornées de frises en céramique ivoire et or sur fond rouge, couvrent cette salle de plus de 1150 m² divisant ainsi l'espace sans le réduire. La structure métallique porteuse est totalement indépendante de la maçonnerie.

Seize fines colonnes de fonte de 30 cm de diamètre pour 10 mètres de haut, soutiennent les voûtes.
Le sommet de chaque voûte est constitué d'une lucarne ronde : l'éclairage zénithal est ainsi heureusement réparti dans toute la salle, et ne génère pas d'ombres portées.
La lumière vient également de trois grandes verrières ouvrant au nord sur la cour, et du toit plat en verre qui couvre l'hémicycle.

Les lecteurs disposent de trois cent quarante cinq fauteuils, placés devant des tables recouvertes de basane. Le livre consulté repose sur une séparation en dos d'âne qui court le long des tables.
Labrouste s'est attaché à dessiner les moindres détails : tables de travail avec appuie-pieds chauffants, chaises, bibliothèques murales, calorifères en fonte, tambour d'entrée

Un espace de transition est aménagé en hémicycle entre la salle et les magasins. Lieu de passage du savoir, il est réservé aux bibliothécaires.
Cette ellipse voûtée concentre une grande partie de la décoration et des ors de la Salle de travail : peintures et dorures de la voûte, médaillons en biscuit de Sèvres sur fond or créés par Oudiné et représentant des illustrations des lettres et des sciences, monumentales cariatides soutenant l'arc d'entrée dans les magasins sommé de l'aigle impérial.Sous cet arcune grande porte vitrée laisse apercevoir le saint des saints, le »bureauÓ du bibliothécaire, en chêne incrusté d'ébène décoré de filets et colonnettes...

L'architecte a accentué l'aspect religieux de la Salle de travail : ces nefs calmes et claires, comme dans une basilique perdue dans la forêt, évoquée par les peintures paysagères de Desgoffe dans la partie supérieure des arcs latéraux, convergent vers le choeur (l'hémicycle), et l'autel (le bureau) où les officiants (les conservateurs) et leurs aides sont les intermédiaires obligés pour accéder au savoir.

La salle Labrouste est classée Monument historique.